AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 ■ close your eyes and tell me why.

Aller en bas 
AuteurMessage
Alwena Hawkins
ECCENTRIC SOULBecause the world needs a little of madness.
Alwena Hawkins

COPYRIGHT : © PSEUDO&AVATAR ● psychozee ; ICONS ● unknown & iconlounge
MOOD THEME : curious.
GOLD COCOON : broad street, N°460 w/ arwenn.
DAMN JOB : teaching assistant.

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyMer 29 Juil - 14:22



CLOSE YOUR EYES AND TELL ME WHY.
■ close your eyes and tell me why. B32mis10 ■ close your eyes and tell me why. Tw10_c10 ■ close your eyes and tell me why. Rq53_c10
REEGAN WOODY AND ALWENA HAWKINS
(c) assezbelle@LJ


Plus d’une semaine s’était écoulée depuis les faits. Alwena s’efforçait de ne pas y penser, ou du moins de n’y penser le plus rarement possible. Lorsqu’elle avait la sensation d’y arriver, aussitôt les souvenirs de cette soirée resurgissaient comme un coup de poignard et elle désespérait. Personne n’était au courant, elle avait déjà du mal à l’accepter, alors elle n’allait pas s’amuser à le répéter. Ni même Arwenn, qui vivait sous son toit, ne savait rien du tout de cette histoire. Et c’était mieux ainsi. D’une certaine manière, cela l’aidait à ne pas totalement y croire, à se dire que ce n’était qu’un rêve et absolument rien d’autre en rapport avec la réalité. Outre ce souci personnel, Alwena continuait sa vie comme si de rien n’était. Elle profitait de ses vacances comme une bonne partie des personnes de son âge. Elle sortait, passait des soirées avec ses amis, ou seule par moment devant un bon film.

* * *


Aujourd’hui, elle devait faire plusieurs choses dans la journée. Au moins elle n’aurait pas le sentiment de s’ennuyer et d’être totalement inutile. C’était quelque chose dont elle avait horreur : n’avoir rien à faire, même si parfois c’était plutôt agréable de flemmarder. Après avoir réveillé Arwenn alors que son réveil avait sonné au moins trois fois, elle avait préparait le petit déjeuner, l’avait dégusté calmement puis s’était ruée vers la salle-de-bain. Il ne lui fallut pas plus de trois quart d’heures pour être prête.

« Je sors, je pense qu’on ne se verra que ce soir…si tu ne sors pas. »
« Je n’ai encore rien décidé, mais okay, à plus tard alors. »

Un signe de la main pour dire au revoir, et Alwena quitta l’appartement en plein Broad Street. Première chose à faire : aller acheter quelques petits trucs comme un livre ou encore un DVD. Cela lui prendrait peut-être un peu plus d’une heure entre le trajet, le choix, la queue etc. Lorsqu’elle sortit du magasin, elle laissa divaguer son regard vers sa montre : il était un peu plus de midi. Elle alla donc s’arrêter pour manger un bout dans un petit snack et repartit aussitôt. A présent, sa mission se trouvait être des plus délicate et plus la voiture roulait en direction du manoir, plus elle sentait son pou s’accélérerait et ses mains devenir moites. Elle avait peur de tomber sur lui, Reegan. Alors elle se mit à prier pour qu’il soit de sortit, qu’il soit de l’autre côté du manoir et donc, ne repère pas sa présent. Tout, sauf qu’il la remarque. Si elle se rendait au manoir des Woody (et accessoirement des Franklin) c’était pour rendre visite au père de Reegan, Gabryel. La veille, son père l’avait appelé pour prendre des nouvelles et en avait profité pour lui parler de son meilleure ami : Gabryel. Il lui avait alors demandé si elle pouvait lui remettre un paquet et évidemment, Alwena avait accepté. Qu’est-ce qu’elle ne ferait pas pour son paternel… En somme, elle n’avait pas eu trop le choix.

« Nous sommes arrivés mademoiselle »
Alwena s’était perdue dans ses pensées, tellement qu’elle ne s’était même pas rendu compte qu’effectivement, elle était arrivée à destination. Elle ouvrit son sac et sortit quelques billets qu’elle donna au chauffeur.
« Gardez le tout. »
« Merci beaucoup mademoiselle. »

Elle lui sourit et sortit rapidement du taxi. Ce dernier repartit, laissant là une Alwena soucieuse et confuse. Elle prit une grande inspiration et commença sa marche, les yeux rivés sur l’immense bâtisse et ses jardins.

* * *


Il ne fallait pas être pressé pour atteindre le manoir, c’était certain. Il y’avait d’abord un long chemin pour l’atteindre. Alwena était à la fois impatiente d’en finir mais elle craignait aussi de rejoindre l’héritage des Woody & Franklin. D’ailleurs elle se demandait si elle allait tomber sur l’un d’eux…ces américains. Elle ne les avait qu’entraperçu jusqu’à présent, et même si elle ne cherchait pas spécialement à les rencontrer, elle n’allait pas non plus leur cracher dessus. Après tout, cette guerre ne la concernait qu’indirectement. Elle poussa un petit portail qui lui permit d’accéder aux jardins. Le manoir se rapprochait et elle pouvait voir les différentes statues qui décoraient l’espace vert. Pour l’instant, personne à l’horizon. Elle espérait au moins que Gabryel y était sinon elle serait venue pour rien et cela voudrait surtout dire qu’elle devra revenir. Arrivée au niveau des grands hommes en pierre, elle vit du mouvement près des portes. Elle fronça les sourcils pour déterminer qui était en train d’approcher en sa direction. C’est alors qu’elle s’arrêta net, complètement immobile. Elle reprit néanmoins rapidement ses esprits et elle regarda – alertée – tout autour d’elle. Elle était malchanceuse, c’était un fait et à force d’espérer ne pas voir Reegan, le contraire s’était bien entendu produit. Le jeune homme semblait être seul et était en train de pousser l’une des grandes portes vitrées pour se rendre sur la terrasse, à quelques mètres d’Alwena. Sous la panique du moment, la jeune demoiselle se jeta presque derrière l’une des statues, priant une nouvelle fois pour qu’il n’ait pas été alerté pour un mouvement suspect. « Flûte » jura Alwena, fermant les yeux et serrant la mâchoire. Elle se décala légèrement, essayant d’apercevoir si le champ était libre ou non…le plus discrètement possible.

_________________
    ■ close your eyes and tell me why. Aeoc35 ■ close your eyes and tell me why. Badge110
    I WANNA DO BAD THINGS WITH YOUWHEN A BLONDE BECAME A BRUNETTE TO MARK THE BEGINNING OF HER NEW LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
http://psychozee.livejournal.com/
Reegan Woody

Reegan Woody

COPYRIGHT : Grumpy Crumpet
MOOD THEME : Thinking of you
GOLD COCOON : For seasons C1
DAMN JOB : Student

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyJeu 30 Juil - 11:43

    Un réveil en sursaut, toujours ce même rêve, ces mêmes pensées qui envahissent mon esprit. Cette même envie de savoir, cet immense pourquoi qui reste malheureusement sans réponse. Une semaine, voilà une semaine que chaque nuit je rêvais d'elle, de son sourire, de son visage, de ses mains sur mon corps, de cette nuit qu'on avait passé. Je savais que je me faisais du mal à y repenser, à ne pas vouloir la laisser partir car au fond, c'est ce qu'elle voulait, ne plus jamais me revoir. La raison ? Elle m'était encore inconnue mais une chose était sûre c'est que je détestais cette situation. Encore une fois j'essayais de me l'enlever de la tête, de ne pas me dire que du jour au lendemain, l'une des personnes que j'appréciais le plus sur cette terre ne veut plus de moi. Je restais donc couché dans mon lit, les yeux regardant vers le grand plafond, tout ce que je voulais c'était oublier tout ce qui m'empêchait de bien fonctionner. Aujourd'hui, je n'avais rien à faire et puis comme c'était les vacances je ne devais pas me rendre en cours. Une bonne chose car je me voyais bien aller étudier dans cet état. Je serais plutôt pris comme sujet d'étude d'ailleurs. Expliquez-moi comment un homme qui a toujours vu une femme comme la personne qu'il appréciait le plus sur cette terre peut tout à coup la voir comme encore plus que cela ? Drôle d'histoire la vie, on ne peut jamais se fier à rien tout est tellement bizarre. Qu'est ce qui était en train de m'arriver, pourquoi je n'arrivais pas à la sortir de ma terre ? Pourquoi ?

    Je pris une longue douche, j'avais besoin de bien me réveiller et surtout une douche était l'un des meilleurs moyens pour oublier ses soucis. Il y en avait d'autres certes, l'alcool aurait pu faire l'affaire mais vive les lendemains et surtout les maux de tête que l'on subit. La drogue mais ce n'était pas ma tasse de thé ou alors dans les bras d'autres femmes mais je n'en avais guère envie. Avant, lorsqu'on ne vivait pas tout ensemble, je n'aurais eu aucun mal à me retrouver en caleçon dans ma maison mais là il y avait mes cousins et mes oncles, ça pouvait encore passer. Après mes tantines et mes cousines ce qui était déjà un peu plus dérangeant et pour finir les Franklin. Alors, devant eux, jamais je ne me montrerais dans de telles conditions. Je préférais mourir. C'était pour cette raison que je descendais complètement habiller. Ce que je portais, rien d'exceptionnel, un jean avec un t-shirt, je n'avais pas vraiment envie de faire des efforts aujourd'hui. De toute façon je savais ce que j'allais faire de ma journée, lire un peu, passer un peu de temps à ma guitare et puis peut-être aller faire un petit tour en ville car vivre dans le manoir n'était pas vraiment l'une des choses les plus agréables sur cette terre.

    J'avais pris un petit déjeuner, pas très copieux, juste de quoi tenir pour le reste de la journée, je n'avais pas vraiment un grand appétit ses derniers jours ce qui pouvait paraître tellement drôle car souvent je mangeais pour quatre sans prendre un gramme bien sûr. J'étais un peu un estomac sans fond et cela affolait à chaque fois qu'il fallait préparer les repas. Il fallait toujours prévoir une part en plus pour ma deuxième tournée. J'allumais mon portable, chose assez rare en somme, souvent je le laissais éteint, ne trouvant pas d'importance en ce petit objet. Si quelqu'un voulait me parler et bien il n'avait qu'à venir ici et s'il n'en avait aucune envie et bien il n'avait qu'à ne pas venir. Je détestais ce petit appareil mais ses derniers sept jours, je m'en étais plus servi que jamais au cours de ma vie. J'avais sonné mainte et mainte fois à la même personne qui ne daignait jamais décrocher. Si j'allais devant chez elle je resterais sur le bas de sa porte ce qui ne ferait pas vraiment bonne impression. Alors, j'attendais qu'une fois, elle daigne me répondre qu'elle trouve la force de me dire pourquoi elle ne voulait plus me revoir ?

    Je me dirigeais jusqu’à l’énorme bibliothèque et attrapais un livre au hasard, j’étais tombé sur le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde. Je l’avais déjà lu plusieurs fois mais l’envie de le relire me prenait et puis il valait mieux cela que passer son temps à ruminer un évènement qui n’avait pas la même signification pour elle et moi. Je sortais donc par les portes vitrés pour me diriger vers la terrasse, j’avais envie de prendre un peu l’air. Sans doute lirais-je quelque page du livre tout en fumant une petite cigarette. A peine étais-je sortis que j’avais eut la sensation bizarre d’être observer, un Franklin ne serait pas assez débile pour m’espionner en secret et puis cela ne servira à rien. Je regardais autour de moi et vis, une silhouette essayant de se cacher derrière une statue. Je faisais semblant de rentrer en claquant les portes fortement et puis j’avançais doucement jusqu’à la silhouette. Tout ce que je voyais d’elle c’était de longs cheveux blonds et une seule idée me vint en tête et si c’était elle. J’arrivais devant la demoiselle, elle n’avait aucun moyen de partir sans que je la rattrape.

      « Alwena, ne part pas s'il te plait. Explique-moi, pourquoi tu me fuis, pourquoi tu ne veux plus me parler. Tu me manques, ma petite Alwi et puis, je ne comprends pas du tout ton comportement. Qu'est -que je t'ai fais pour que tu m'en veuilles à ce point ? »


    Elle pouvait courir si elle le voulait, je la rattraperais, elle pourrait essayer de me fuir, aujourd'hui je ne la laisserais pas faire. Je voulais des explications je voulais comprendre pourquoi elle ne voulait plus de moi. Bien sûr, elle ne pouvait pas comprendre pourquoi d'ailleurs moi non plus je ne savais pas vraiment. J'étais perdu face à l'intensité de ses magnifiques yeux. Et je la regardais attendant, un mot ou un geste de sa part me faisant sentir que je n'étais pas seul, qu'elle était là.

Revenir en haut Aller en bas
Alwena Hawkins
ECCENTRIC SOULBecause the world needs a little of madness.
Alwena Hawkins

COPYRIGHT : © PSEUDO&AVATAR ● psychozee ; ICONS ● unknown & iconlounge
MOOD THEME : curious.
GOLD COCOON : broad street, N°460 w/ arwenn.
DAMN JOB : teaching assistant.

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyJeu 30 Juil - 15:20


Il aurait fallut qu’elle arrive une dizaine de minutes avant ou une dizaine de minutes après et peut-être – je dis bien peut-être – qu’elle ne serait pas tombée sur Reegan. Mais non, évidemment le sort s’acharnait sur elle et s’amusait avec ses nerfs. Il y’a encore plusieurs mois elle aurait été plus que ravie de le voir, elle ne se serait même pas jetée derrière cette statue, mais aujourd’hui, les choses étaient bien différentes. « Alwena, ne part pas s'il te plait. Explique-moi, pourquoi tu me fuis, pourquoi tu ne veux plus me parler. Tu me manques, ma petite Alwi et puis, je ne comprends pas du tout ton comportement. Qu'est -que je t'ai fais pour que tu m'en veuilles à ce point ? » Alwena resta bouche-bée, elle était plus mal à l’aise qu’autre chose. Elle sentait le feu à ses joues. Cela ne servait à rien de fuir, elle savait très bien qu’il était capable de la rattraper en peu de temps qu’il faut le dire. Elle passa une main dans ses cheveux, toujours aussi nerveuse. Elle n’aimait pas les confrontations, peut-être qu’elle était un peu lâche parce qu’elle préférait l’éviter plutôt que de l’avoir en face d’elle. Tout se chamboulait en elle, elle ne savait comment réagir, ni que dire. Les mots lui manquaient presque alors qu’elle savait qu’elle devait lui dire un tas de choses. Dire qu’il ne lui manquait pas serait mentir, mais elle avait du mal à s’avouer qu’il lui était indispensable. C’était tout de même son meilleur ami qui se trouvait là, juste devant elle. Si elle pouvait revenir en arrière, elle n’hésiterait pas. Elle regrettait chacune de ses paroles, chacun de ses gestes. Elle se sentait tellement mal et pourtant, elle tentait désespérément de reprendre une vie normale. Au fond, ce n’était pas si dramatique que cela, ce n’était pas comme si elle avait tué quelqu’un. Mais elle avait entaché sa propre parole, elle avait brisé le pacte qu’elle avait passé avec elle-même dès lors où elle avait posé ses lèvres sur celles de Reegan, que ses mains avaient commencé à se balader sous sa chemise. Elle ne voulait pas le blesser, sincèrement c’était la dernière chose qu’elle désirait mais elle ne pouvait non plus passer outre le fait qu’elle lui en voulait. C’était trop dur, elle détourna les yeux, ne trouvant pas le courage de soutenir son regard inquisiteur. Il avait le droit d’avoir des réponses à ses interrogations mais Alwena était de nature réservée, parfois timide et même maladroite dans la façon de s’exprimer. Elle perdait vite le contrôle, elle n’était tout simplement pas habituée à ce genre de situation embarrassante. Elle soupira, fixant toujours l’espace vert plutôt que Reegan. Elle croisa les bras et son visage se baissa légèrement, ses cheveux longs blonds tombant.

« Reegan, écoutes… » commença-t-elle enfin, le regardant un instant sans trop insister. « C’est juste…compliqué. Il est plus simple qu’on n’ait plus de contact. (pause) Du moins pour le moment. J’ai besoin d’un peu de temps, est-ce que tu peux comprendre ça ? »

Ses yeux brillaient, elle n’était pas sûre d’être assez forte pour supporter cette discussion beaucoup trop précoce à son goût. Il y’avait encore quelques jours, elle y repensait sans se retenir de laisser couler les larmes. Bien sûr, cela arrivait lorsqu’elle était couchée dans son lit, à l’abri des regards, à l’abri d’Arwenn qui ne devait pas être au courant. Jusqu’à aujourd’hui, elle dupait son entourage comme elle ne l’avait jamais fait auparavant et cela commençait à lui peser sur la conscience. Pour elle, ce qu’ils avaient fait était mal, c’était quelque chose qui n’aurait jamais dû arriver. Ses bras se détachèrent l’un de l’autre et ses deux mains vinrent rejoindre une nouvelle fois ses cheveux, qu’elle balança en arrière. Elle reprit profondément sa respiration et jeta un bref coup d’œil en direction du manoir.

« Pourquoi tu ne nous as pas arrêté ? Pourquoi tu m’as laissé faire Reegan ? Tu savais très bien que ce serait une erreur et qu’on le regretterait par la suite ! Alors dis-moi pourquoi tu t’es montré aussi faible ? »

Le ton avait littéralement changé. Il avait haussé et Alwena s’emportait alors qu’elle savait qu’elle devait garder son calme. Seulement voilà, ce sentiment oppressant qu’est la colère était en train de la bouffer de l’intérieur. Malgré tout, le problème était qu’elle mettait la faute sur Reegan alors qu’en réalité, c’était elle qui avait commencé, c’était à cause d’elle mais elle ne voulait pas l’admettre. C’était déjà bien plus simple de donner le mauvais rôle aux autres.

« Je dois y aller, j'ai quelque chose à remettre à ton père. Je suis désolée Reegan, vraiment. Mais c’est trop difficile et c’est mieux qu’on arrête d’en parler maintenant, sinon je risque d’être blessante. Alors je t’en supplie, laisse-moi passer. »

Sa voix s’était faite plus douce vers la fin, mais avec une détermination soutenue même si dans le fond, et en connaissant Reegan par cœur, elle savait que c’était peine perdue. Elle l’avait tellement évité ces derniers temps que pour une fois qu’il l’avait sous la main, il serait fout de la laisser lui échapper.

_________________
    ■ close your eyes and tell me why. Aeoc35 ■ close your eyes and tell me why. Badge110
    I WANNA DO BAD THINGS WITH YOUWHEN A BLONDE BECAME A BRUNETTE TO MARK THE BEGINNING OF HER NEW LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
http://psychozee.livejournal.com/
Reegan Woody

Reegan Woody

COPYRIGHT : Grumpy Crumpet
MOOD THEME : Thinking of you
GOLD COCOON : For seasons C1
DAMN JOB : Student

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyVen 31 Juil - 12:16

    Elle n'avait aucune envie de me voir, voilà la première chose qui me vint à l'esprit lorsque je la vis de plus près. En fait, non, cela n'avait pas été la première chose que j'avais pensé, la première avait été de la prendre dans mes bras mais cela serait mal passé. Je voyais dans son regard une immense lueur de haine dont je ne savais donner l'explication. Quelle faute j'avais pu commettre de si horrible pour qu'elle n'accepte même plus de rester en ma présence ? C'était une question que je me posais depuis une semaine. J'avais tellement besoin d'elle, Alwena était indispensable à ma vie, c'était mon petit ange, mon petit bout de paradis. Il y avait même des jours où je me maudissais de l'avoir tant haït pendant notre enfance. Une chose était sur c'est que je ne voulais guère que cela redevienne comme avant. Mais peut-être que c'est ce qu'elle voulait mais pourquoi ? J'adorais ce lien qu'il y avait entre nous, ces moments que l'on passait ensemble où nous n'étions que deux, c'était tellement drôle. Depuis le début de cette semaine, tout cela me manquait et cela en devait horrible mais en même temps, je commençais à douter. En effet, si elle n'était qu'une amie me manquerait-elle autant ? Et voilà, j'étais une nouvelle fois perdu dans mes pensées car je ne savais pas ou me mettre, je ne savais pas comment me comporter, je ne savais pas ce que nous étions. La seule chose que je savais c'est que je voulais qu'elle reste ici avec moi et qu'elle ne s'en aille pas. J'avais besoin d'elle et une semaine sans la voir c'était bien trop alors si elle remettait ça, cela signerait la fin d'une chose que je ne veux pas.

    Je la regardais dans les yeux du moins j'essayais car c'était vraiment loin d'être facile avec la jolie blonde en face de moi. Elle cherchait à tout prix d'éviter le mien alors cela ne rendait que plus difficile ma tâche. Elle le détournait mais moi je voulais qu'elle me regarde c'était sans doute le seul moyen que j'aurais d'avoir la vérité si ses tendres yeux étaient en contact avec les miens. Malheureusement cela n'avait pas l'air d'être possible, je ne devais pas la toucher sinon elle s'en irait, un geste et tout ce que j'avais accompli partirait en miette peut-être pour toujours. Alors, je restais là, sagement, n'attendant qu'une seule chose qu'elle daigne répondre à toutes ses questions que je me pose, toutes ses choses qui m'empêchent de trouver le sommeil ou qui me le rend difficile. Je la regardais et c'est à ce moment-là qu'elle se décida d'ouvrir la bouche. Je l'écoutais même si entendant le début de sa phrase, je savais déjà que la fin n'allait guère me plaire. Et puis il y eut ses mots qui déchirèrent mon coeur et mon âme, il ne faut plus que long se voit. Comprenait-elle le sens des mots qu'elle venait de dire, j'en doutais car sinon elle n'aurait pas dit cela. C'était mon tour de baisser le regard car je ne pouvais plus la regarder, j'avais tellement mal qu'elle ne veuille plus de moi, de notre amitié ou de cette relation assez compliquée qui nous unissait tous les deux. Je voyais qu'elle était sur le point de pleurer. Sans doute allait-elle me tuer pour mon geste mais tanpis, je ne supportais pas de la voir pleurer. Je m'approchais un tout petit peu et prenait son doux visage entre mes mains avant de poser délicatement mon pouce sur le coin de son oeil et empêcher les larmes de coulées. Je le fis de chaque côté avant de me mettre à parler.

      « Alwena, tu as toujours pu me demander un tas de choses que je ne t'aie pas refusé mais me demander de tirer une croix sur toi, c'est impossible. Si je te donne ce petit plus de temps, tu trouveras un moyen d'en prendre encore et encore et tu me fuis pour une raison que j'ignore. Tout ce qu'on a vécu ne compte-t-il pas pour toi ? Tous ses moments de complicités à deux, ses bêtises d'adolescents qu'on s'amusait à faire. Toutes ses choses qui nous rendent si liés toi et moi... »


    Je ne savais plus comment agir, ce qu'il fallait faire qu'elle était la bonne décision parce que je ne comprenais pas du tout pourquoi elle agissait de la sorte pourquoi elle m'en voulait tellement d'une chose que j'ignorais. Je continuais de sécher les petites larmes qui pouvaient apparaître même si cela n'avait pas l'air de lui plaire. Puis elle fit un geste brusque et je fus obligé de la lâcher, elle paraissait complètement paniqués voir même désespérée. Je m'en voulais du mal que j'avais pu lui faire même si je ne savais pas la faute que j'avais bien pu commettre pour la mettre dans un tel état ? Je la regardais et elle se mit à parler pour mon plus grand malheur. Elle était plus qu'énervée, je me demandais même si elle n'allait pas me frapper si cela continuait. Mais elle ne le fit pas, ses mots suffirent à me blesser de l'intérieur, se rendait-elle compte de ce qu'elle venait de me dire? Je restais de marbre, ne sachant pas comment agir que faire face à ses mots si durent qu'elle venait de prononcer. La raison pour laquelle elle m'en voulait tellement était que nous avions couché ensemble. Savait-elle tout ce que cela avait impliqué pour moi ? Je crois qu'elle n'en a aucune idée. J'aurais dû lui répondre quelque chose mais je restais bouche bée. Elle me mettait tous sur le dos alors que c'était elle qui m'avait dragué et moi qui essayais de résister. J'avais essayé de toutes mes forces de résister mais alors pourquoi avais-je craqué ? Aucune idée, enfin si, une idée me venait en tête mais je ne voulais en aucun cas l'assumer. Non, ce n'était pas possible, cela ne pouvait pas être la raison. Je l'enfuyais au plus profond de mon esprit. J'étais toujours perdu dans mon esprit lorsqu'elle se remit une nouvelle fois à parler. Elle voulait partir ? Me laisser une nouvelle fois, une chose était sur c'est que je ne la laisserais pas faire. J'avais besoin de lui parler, que l'on mette certaines choses aux claires et peut-être que je m'avoue à moi-même certaines choses que j'essayais de laisser cacher. Je me mettais devant elle la regardant bien dans les yeux.

      « Mon père n'est pas là, tu n'as qu'à me le donner, je lui donnerais lorsqu'il rentrera. Non, je ne te laisserais pas partir, tu sais aussi bien que moi que si tu pars, tout sera fini, tu ne viendras plus jamais me voir, nous n'aurons plus ce lien qui nous unit. Je suis désolé mais je ne te laisserais pas partir Alwena, c'est au-dessus de me force, je ne veux pas te perdre, tu comprends. Soit blessante, frappe-moi si ça peut enlever un peu de cette colère que tu as mais ne part pas. Je préfère souffrir que te perdre, tu m'entends, je ne veux pas te perdre Alwena. »


    Je restais devant elle et j'avais même attrapé une de ses mains pour être sûr qu'elle ne s'en aille et puis peut-être parce que jamais lorsque nous étions en contact, c'était une chose qui me plaisait plus que tout. Je la regardais, si j'avais été une fille, j'aurais sans doute pleuré mais j'étais un homme et un homme devait-être fort. Je m'approchais d'elle, il fallait que je réponde à ses attaques sur le fait que je ne l'avais pas arrêtée. Certaines personnes auraient pu dire que c'est de sa faute ce qui n'aurait pas été faux car c'était elle qui s'était jetée sur moi mais je n'étais pas ce genre de type. Je préférais qu'elle me mette tout sur le dos, si elle le voulait.

      « Alwi, tu sais ce que c'est d'avoir une personne merveilleuse en face de soit. J'ai essayé de te résister ce soir-là mais quelque chose a fait que je n'ai pas pu. Pardonne-moi, j'ai été faible c'est vrai mais comprend-moi, ce n'est pas facile de te résister, c'est presque impossible je dois même avouer. Je suis tellement désolé que ça te fasse si mal, que tu considères cette nuit comme une erreur. Si je revenais à cette soirée, voyant le mal que tout cela te fait, je t'aurais résisté encore davantage enfin je serais parti car j'ai résisté de toutes mes forces tu comprends, j'ai essayé de toutes mes forces mais je n'y suis pas arrivé. Mais sache une chose, cette nui-là, te blesser était la dernière chose que je voulais. »


    J'avais baissé le regard, je m'en voulais de lui mal que je lui avais fait mais je n'arrivais pas à considérer cette nuit comme une erreur ce qui me faisait d'autant plus peur, qu'est ce qui me poussait à agir ainsi. Pourquoi ne lui avais-je pas résister, pourquoi avais-je craquer, pourquoi je l'avais en tête pourquoi je ne regrettais pas ? Tant de questions qui demeuraient sans réponse qu'est ce qui m'arrivait...
Revenir en haut Aller en bas
Alwena Hawkins
ECCENTRIC SOULBecause the world needs a little of madness.
Alwena Hawkins

COPYRIGHT : © PSEUDO&AVATAR ● psychozee ; ICONS ● unknown & iconlounge
MOOD THEME : curious.
GOLD COCOON : broad street, N°460 w/ arwenn.
DAMN JOB : teaching assistant.

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptySam 1 Aoû - 15:33


« Pourquoi ne me laisses-tu pas tranquille ? » pensa-t-elle en sentant Reegan beaucoup trop proche d’elle. Cette proximité la gênait, la dérangeait, la mettait mal à l’aise mais elle ne put empêcher des frissons parcourir son corps. Elle était pourtant habituée à l’avoir dans ses bras, à toucher sa peau mais depuis cette nuit, tout était différent. Elle ne voyait plus leur amitié de la même façon et elle se demandait même si elle pouvait encore utiliser le mot « amitié » à leur égard. Elle était perdue et bien que peu courageuse, Alwena préférait partir plutôt que continuer cette discussion. Mais Reegan n’était pas du même avis, il était déterminé à ne pas la laisser s’enfuir une nouvelle fois. Et il avait raison, si elle arrivait à se détacher de emprise, elle ne reviendrait plus. Si c’était la seule façon pour eux deux de ne plus repenser à cette histoire, alors elle ferait en sorte de couper les ponts avec lui. Une solution peut-être un peu trop exagérée pour les circonstances, mais à cet instant précis, elle ne s’imaginait pas continuer ainsi. Elle pouvait l’ignorer autant qu’elle le voudrait, elle continuerait tout de même à le sentir près d’elle. Bien sûr, cela lui déchirerait le cœur, ce n’était pas qu’une simple personne de passage. C’était l’une des personnes avec qui elle passait le plus clair de son temps, les nombreuses disputes d’enfances n’étaient que des broutilles en comparaison avec les bons moments passés ensemble. Voilà pourquoi elle lui en voulait tant, elle lui en voulait de ne pas avoir su l’arrêter parce que si cela avait été le cas, ils ne seraient pas là, face à face, malheureux.

Cette boule au ventre s’amusait à faire les montagnes russes en elle, elle sentait les larmes venir. Elle ne voulait pas pleurer, ce serait comme la cerise sur le gâteau. En temps normal elle ne supportait pas se montrer aussi vulnérable devant les gens, alors c’était pire face à Reegan. Le comportement de ce dernier était un peu surprenant, elle savait qu’elle comptait beaucoup pour lui, comme il comptait énormément pour elle mais à ce point ? Ce qui ne facilita absolument pas la tâche qu’elle s’était fixée. Elle sentit le contact de sa main contre la sienne, elle était déchirée par plusieurs sentiments : la colère, la haine, la tristesse, la tendresse et elle n’arrivait pas à faire la part des choses. Elle s’affairait déjà à ne pas pleurer comme une madeleine même si sa vision commençait à se troubler. Elle respira un bon coup, tentant désespérément de faire descendre cette boule oppressante. Son visage se baissait lorsqu’elle sentait qu’elle allait défaillir, qu’elle n’allait pas tenir et pourtant, elle devait se montrer forte, c’était le moment ou jamais de ne pas perdre le contrôle. « Alwi, tu sais ce que c'est d'avoir une personne merveilleuse en face de soit. J'ai essayé de te résister ce soir-là mais quelque chose a fait que je n'ai pas pu. Pardonne-moi, j'ai été faible c'est vrai mais comprends-moi, ce n'est pas facile de te résister, c'est presque impossible je dois même avouer. Je suis tellement désolé que ça te fasse si mal, que tu considères cette nuit comme une erreur. Si je revenais à cette soirée, voyant le mal que tout cela te fait, je t'aurais résisté encore davantage enfin je serais parti car j'ai résisté de toutes mes forces tu comprends, j'ai essayé de toutes mes forces mais je n'y suis pas arrivé. Mais sache une chose, cette nuit-là, te blesser était la dernière chose que je voulais. » Elle l’écoutait, réagissait parfois mais il ne pouvait pas le voir, parce que son regard était toujours porté sur le sol. C’est alors que l’une de ses propres mains vint caresser sa joue et elle se débarrassa d’une larme qui avait réussi à s’échapper. Elle se répéta sans cesse de ne pas pleurer, qu’il ne devait pas la voir dans cet état. Paradoxalement, Alwena ne voulait pas le faire plus souffrir, elle ne voulait pas qu’il ait le sentiment que c’était à cause de lui qu’elle se mettait à pleurer. Néanmoins, elle ne pouvait pas se dire que cette nuit n’était pas une erreur finalement. Tous ses principes, ses promesses, sa propre parole, tout ce en quoi elle croyait… Qu’est-ce que les gens penseraient d’elle s’ils venaient à apprendre qu’elle n’était même pas capable de rester vierge jusqu’au mariage comme elle aimait tant le revendiquer. Parce que oui, c’était une fierté, c’était comme une envie de montrer qu’elle en était tout à fait capable, qu’il n’y avait finalement pas que le sexe dans la vie. Qu’elle voulait tout simplement partager ce moment magique avec le seul homme qui partagerait sa vie jusqu’à la fin de ses jours. Romantique ? Sentimentale ? Certainement, et même si elle était une jeune femme assez terre-à-terre, elle continuait à croire au grand amour. Bien qu’elle l’ait déjà connu, elle voulait que les choses se passent dans les règles. Le problème était bel et bien le regard des autres, et tant qu’elle n’accepterait pas elle-même ce qu’elle avait fait, tant qu’elle n’assumerait pas, alors elle ne pourra pas supporter les opinions des autres à son égard. Et ses parents ? Allaient-ils être déçus ? Même si ce choix appartenait exclusivement à Alwena et non à l’éducation qu’elle avait reçu, ses parents semblaient tout de même fiers de savoir que leur fille attendrait. Elle avait peur d’être jugée, de part son manque de confiance en elle, elle n’arrivait pas à faire face aux conséquences de cette nuit passée avec Reegan. Toutes les conséquences, que ce soit au niveau des sentiments que du reste. Tout s’enchainait avec vitesse, qu’elle avait la sensation qu’elle allait perdre pied. Consciente qu’elle devait parler, elle renifla discrètement et passa une nouvelle fois sa main libre sur ses yeux, heureusement que ses cheveux la cacher un peu. Elle releva alors le visage vers son interlocuteur, ce qu’elle vit dans ses yeux lui serra le cœur et la boule dans son estomac se fit de plus en plus présente.

« Reegan, s’il te plait, ne fais pas ça. Tu sais très bien que tu comptes aussi énormément pour moi mais là…je n’ai pas la force d’accepter ce qu’il s’est passé. Et tu savais très bien que je voulais attendre, je n’ai pas cessé de te le répéter alors que tu me posais toujours des questions en me demandant pourquoi. On a eu de nombreuses discussions à ce sujet. Je ne peux pas effacer ce sentiment de…de colère que j’ai en moi, c’est injuste je le sais. Mais soyons honnête, tu pensais que tout allait être entièrement normal après ? Tu t’attendais à quoi au juste ? Qu’on continue nos délires et nos sorties avec les autres comme si rien ne s’était déroulé, comme si au final c’était tout à fait normal d’avoir couché ensemble ? »

Ce genre de chose, pour une personne qui n’y accorde pas beaucoup d’importance aurait certainement continué sa vie comme avant, mais pour Alwena c’était plus complexe. On dit souvent l’amitié fille et garçon fragile, ils venaient de le prouver en beauté.

« J’ai peur Reegan…j’ai peur des répercutions sur les personnes qui nous entourent, sur nous-mêmes. Je ne suis pas assez forte pour assumer, pas pour le moment en tout cas et… Je ne sais plus quoi penser. J’ai toujours revendiqué ma position, on va croire que je ne suis qu’une hypocrite. »

Elle renifla, refoulant une nouvelle fois les larmes, bien que présentes au bord de ses yeux. Pour une fois depuis le début de cette discussion, Alwena lui parlait avec énormément de sincérité, de douceur et sans s’en rendre compte, inconsciemment elle avait resserré sa main dans celle de Reegan.

_________________
    ■ close your eyes and tell me why. Aeoc35 ■ close your eyes and tell me why. Badge110
    I WANNA DO BAD THINGS WITH YOUWHEN A BLONDE BECAME A BRUNETTE TO MARK THE BEGINNING OF HER NEW LIFE.


Dernière édition par Alwena Hawkins le Dim 2 Aoû - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://psychozee.livejournal.com/
Reegan Woody

Reegan Woody

COPYRIGHT : Grumpy Crumpet
MOOD THEME : Thinking of you
GOLD COCOON : For seasons C1
DAMN JOB : Student

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptySam 1 Aoû - 22:09

    Un bien qui fait mal, voilà la meilleure façon de désigner ce qui était en train de se passer. J'aimais tellement être prêt d'elle, être en sa compagnie. En effet, j'aimais passer des moments avec elle, j'adorais cela tout ce qu'il y avait entre nous étions toujours quelque chose de doux, de chouette, quelque chose que j'adorais du moins depuis que nous avions grandi. Je me souviendrais toujours de ce jour où elle et moi avions compris que nous déchirer n'était qu'une grande imbécillité. En effet, avant, nous ne nous supportions pas et une chose était sur c'est que je ferais n'importe quoi pour que cette situation ne recommence pas. Je ne pourrais plus supporter ce genre de chamailleries entre nous. C'était sans doute la principale raison qui me disait que je ne devais pas la lâcher que je devais tenir cette main coûte que coûte, que je devais la garder près de moi. Si elle partait tout serait fini,tout ce que nous avions vécu tous ses bons moments à deux. Je voulais la voir droit dans les yeux pour lui montrer que tout ce que je voulais c'était une réconciliation, qu'elle trouve en elle la force de me pardonner. Cela me déchirait le coeur de voir de quelle façon elle me considérait, ne ressentait-elle plus rien à mon égard ? Plus une seule parcelle d'amitié dans son coeur ? Cela ne pouvait pas être possible, une seule nuit ne pouvait pas effacer plus de 8 ans d'amitiés. C'était tout bonnement impossible du moins de mon côté. Sans doute ne voyons nous pas les choses de la même manière.

    Je voulais qu'elle relève la tête, je voulais voir ses magnifiques yeux bleus, ceux dans lesquels j'aimais me plonger avant et encore maintenant je crois. Malheureusement, elle restait prostrée comme si me voir était la pire chose pour elle. Je remarquais quelque chose à cet instant, à quel point elle s'en voulait de la nuit que nous avions passée ensemble. Je m'en voulais de tout ce mal qu'elle pouvait ressentir, elle paraissait complètement malheureuse. Je ne voulais qu'une seule chose, la prendre dans mes bras, la réconforter mais est-ce qu'elle accepterait ce contact avec moi ? J'avais vraiment de gros doutes et j'étais presque sûr qu'elle romprait bien trop vite ce contact. Au moins, il y avait toujours cette tendre main que je tenais et que je ne voulais en aucun cas lâcher. Je voyais son visage qui ne voulait pas détacher le sol, j'aurais tellement aimé qu'elle me regarde au moins, qu'elle essaye de me comprendre. J'avais comme l'impression qu'elle me rendait responsable de tout ce qui c'était passé cette nuit-là mais je n'avais pas été seul. Je savais qu'elle voulait attendre mais imaginez une fille qui se jette presque sur vous, vous embrassant, vous touchant sur le moment vous avez un peu de mal de penser au fait qu'elle veuille rester vierge jusqu'au mariage. J'avais essayé de résister mais ses yeux, ses magnifiques prunelles m'avaient fait craquer, il y avait quelque chose que Alwena qui faisait que je craquais. Je n'avais pas su lui refuser une nuit et sur le coup je n'avais aucune idée que tout allait se passer comme cela maintenant. Sur le coup, je n'avais vu que ses magnifiques yeux bleus me demandant de coucher avec elle.

    Je levais les yeux au ciel ne supportant plus ce silence et surtout de la voir comme dans une bulle se faisant elle-même souffrance. Pour elle cette nuit avait été la fin d'une promesse qu'elle s'était faite à elle-même pour moi elle avait été tellement de choses et je ne voulais pas me les avouer. Je ne voulais pas avouer tout ce qui avait traversé mon esprit depuis cette fameuse nuit car je n'avais aucune envie que cela soit vrai. Déjà qu'elle ne voulait plus de moi comme cela alors comment pourrais-je espérer qu'elle me veuille différemment. La situation pourrait paraître comique à certaines personne l'une qui regarde le sol et l'autre le ciel. Je n'osais plus la regarder, elle soufrait tellement et par ma faute. Je me sentais envahit par tellement de sentiments varier, d'un côté je m'en voulais plus que tout de nepas lui avoir résist& de mettre montrer si faible mais d'un autre côté je m'en voulais car j'avais apprécié cette nuit, je l'avais trop apprécier d'ailleurs.

    Alwena reprit enfin la parole mais ce ne fut pas pour la meilleure des choses. Elle me regardait droit dans les yeux et je ne savais pas si c'était une bonne chose je me sentais tellement mal et ce qu'elle dit n'arrivait en rien à arranger ce qu'il y avait à l'intérieur de mon esprit. Sa première phrase me fit frémir alors elle m'appréciait du moins je comptais pour elle. Mais le reste de ce qu'elle dit me laissa bouche bée, sans doute parce que pour lui répondre, il faudrait que j'avoue des choses que je gardais cacher, des choses que je ne voulais même pas m'avouer à moi-même. C'était elle qui baissait les yeux avant et maintenant c'était mon tour, j'étais comme meurtrit de l'intérieur par tous ses sentiments, j'allais sans doute exploser à un moment ou un autre et avouer la désagréable vérité. La perdrais-je pour toujours si elle savait ? Il y avait de grandes chances que cela arrive et je ne le voulais en aucun cas. Je savais que je devais répondre quelque chose mais j'essayais de trouver une bonne façon de lui répondre même si pour l'instant je n'en voyais aucune. Tout cela me semblait tellement impossible. Je me sentais comme perdue dans ma propre tête ne sachant pas vraiment quoi penser et quoi faire. D'habitude j'aurais demandé conseil à la personne que j'apprécie énormément, j'aurais demandé conseil à Alwena mais comment demander conseil à la personne qui est responsable de se trouble ? Cela est un peu impossible.

      « Alwi, je ne te demande pas d'accepter tout de suite ce qui s'est passer mais ça c'est passer mais ne me renie pas de ta vie. Tu comptes tellement pour moi, je n'ai aucune envie de te perdre, ne me quitte pas, c'est tout ce que je te demande pour le moment. Je sais que tu voulais attendre mais ressasser le fait que tu voulais attendre n'y changera rien. Je comprends ta colère et si j'avais su toutes les répercutions que ça aurait eut pour toi, je serais parti pour que ça n'arrive pas. Sur le moment jen' yai pas pensé au lendemain, je n'ai pensé qu'au moment présent toi et moi comme dans un monde à part où plus personne n'existait. Je n'ai jamais dit que c'était tout à fait normal. Tu crois vraiment que je suis le genre de garçon à trouver cela tout à fait normal comme si c'était une chose qu'on racontait à tout le monde surtout avec toi ? Je ne peux pas en dire plus sinon tu risquerais de partir en courant mais sache que la seule chose que je veux continuer c'est de t'avoir à mes côtés. »


    J'en avais peut-être trop dit mais je voulais être honnête avec elle même si je ne lui avais pas tout dit. En effet, si j'avais été totalement honnête, j'en aurais dit encore plus mais alors c'était sûr qu'elle ne me parlerait plus jamais. Si elle savait exactement tout ce que cette nuit avait provoqué en moi. Et puis, elle se remit à parler, je ne savais pas si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Elle paraissait plus sincère comme si elle me disait l'entière vérité et elle paraissait plus que perdue. Je savais que ce que j'allais faire n'allais peut-être pas lui plaire mais sur le moment c'était la seule chose que je voulais faire. Elle avait resserré inconsciemment ma main et je m'assois à ses côtés avant de passer mon bras derrière son épaule et de mettre doucement sa tête sur mon épaule. Je voulais en quelque sorte la protéger et la rassurer et cela me semblait la meilleure façon d'y arriver.

      « Alwi, je comprends que tu puisses avoir peur, c'est tout à fait normal, l'inconnu fait toujours peur. Tu sais quoi, si tu le désires, ça restera entre toi et moi, personne d'autres ne sera au courant. De toute façon, pourquoi aurait-il besoin de savoir, au fond ça ne concerne que toi et moi. Et personne ne penserait que tu es une hypocrite, tu es l'une des plus merveilleuses personne que je connaisse alors ne pense pas cela de toi. Je ne suis pas du genre à crier sur tous les toits que j'ai couché avec quelqu'un. Et surtout pas avec toi. Moi aussi je suis perdu Alwi mais sans doute pas pour les mêmes raisons que toi malheureusement. Alwi est-ce que tu veux bien que je te pose une question ? »


    Je la regardais droit dans les yeux et une envie bizarre me pris, une envie que j'arrivais encore à réprimer du moins pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Alwena Hawkins
ECCENTRIC SOULBecause the world needs a little of madness.
Alwena Hawkins

COPYRIGHT : © PSEUDO&AVATAR ● psychozee ; ICONS ● unknown & iconlounge
MOOD THEME : curious.
GOLD COCOON : broad street, N°460 w/ arwenn.
DAMN JOB : teaching assistant.

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyDim 2 Aoû - 20:48


Encore une fois, elle se trouvait faible. Encore une fois elle se montrait vulnérable face à Reegan. C’était pour son meilleur ami, il ne devait y avoir aucune gêne à se mettre dans un tel état devant l’une des personnes qui peut vous comprendre le mieux. Et sans doute Alwena l’aurait plus facilement accepté si seulement elle pouvait encore comme un ami. Quelque chose était différent, ils avaient franchis un cap. Et même si elle devrait apprécier le fait qu’il reste avec elle malgré ce qu’ils avaient fait, elle ne pouvait s’empêcher d’être mal à l’aise avec lui. C’était étrange, inexplicable. Alwena n’avait bien évidemment jamais connu ce type de situation auparavant, elle devait très certainement être maladroite dans sa façon de réagir et de parler. Elle ignorait comment s’y prendre, elle ignorait même si ses choix étaient les bons…du moins elle les pensait bons sur le moment. Pourquoi se plaignait-elle ? Pourquoi était-elle si en colère contre lui alors qu’il agissait en parfait gentleman avec elle en cet instant. Il était présent comme il l’avait toujours été auprès d’elle, malgré les hauts et les bas elle pouvait encore compter sur lui. Même si elle pouvait le rejeter comme une chaussette d’une manière totalement injuste, il serait là. Il ne lui facilitait pas la tâche, mais cela prouvait que c’était un ami, un vrai. Ce qui aurait dû éclaircir les choses les rendit encore plus obscures. Alwena avait resserré sa main autour de celle de Reegan, elle s’était presque laissée aller en lui avouant qu’elle avait peur. Durant un bref instant, elle avait oublié qu’elle avait en face d’elle celui qui était concerné par tous ses soucis, elle avait fait abstraction de ce détail pour finalement se confier à l’ami qu’il était. Il était si compréhensif pour une personne qu’elle traitait presque comme un chien. Chamboulée, elle l’était, plus qu’elle ne l’aurait pensé. Elle tenta à plusieurs reprises de se ressaisir mais la pression était telle qu’elle n’y trouvait même pas la force.

Maintenant, c’était elle qui ne voulait plus le lâcher, de crainte de perdre définitivement pied dans les jardins du Manoir. Il n’était pas non plus utile qu’un autre membre de la fratrie Woody les remarque ou encore pire, des Franklin, voilà pourquoi elle tenait encore à rester derrière la statue, pour être sûre d’être à l’abri des regards indiscrets. C’est alors qu’elle sentit Reegan détruire le peu de distance qui se trouvait entre eux, elle sentit son bras faire le tour pour atterrir sur son épaule, et le plus naturellement possible, elle laissa tomber sa tête sur son épaule à lui. Elle voulait le repousser, vraiment mais elle s’y refusa, après tout, cela ne servait à rien de résister. C’est ainsi qu’elle ne put effectivement pas refouler les larmes qu’elle avait longtemps gardé en elle, c’est ainsi que ses yeux s’humidifièrent suivit de ses joues. Elle posa l’une de ses mains sur le torse de Reegan, cette même main tenta une pression pour se dégager mais ses forces l’abandonnèrent au pire moment. Elle baissa les bras, sa main resta immobile contre son haut avant de rejoindre sa joue accessible et d’essuyer ses larmes. Reegan avait reprit la parole, elle l’écouta attentivement même si elle n’en avait pas l’air, elle prenait en compte tout ce qu’il pouvait lui dire, l’enregistra et certaines phrases repassèrent en boucle. Comment pouvait-il se montrer aussi agréable à son égard ? Si les rôles étaient inversés, Alwena ne réagirait pas de la même façon, à sa place, elle serait en colère, complètement consternée par le comportement de son ami. Elle l’avait jeté du lit comme un mal propre, elle lui avait demandé de dégager de sa vie et s’était amusée à l’ignorer durant plusieurs jours, filtrant ses appels. Malgré tout cela, il était en train de l’enlacer, essayant désespérément de lui remonter le moral et de la rassurer. « …Moi aussi je suis perdu Alwi mais sans doute pas pour les mêmes raisons que toi malheureusement. » Elle ne saisit pas le réel sens de cette phrase, elle était perturbée à un tel point qu’il lui était difficile de tout bien comprendre. « Alwi est-ce que tu veux bien que je te pose une question ? » A l’entente de cette demande, Alwena commença à se calmer peu à peu et cessa de pleurer progressivement. Elle s’éloigna doucement des bras du jeune homme et passa ses manches sur ses yeux boursoufflés. Les tremblements et les spasmes cessèrent lentement mais sûrement. Timidement, elle leva le visage et fixa pour la première fois Reegan.

« Hum…désolée, oui vas-y je t’écoute… »

Elle ignorait ce qu’il pouvait bien vouloir lui demander, elle n’appréhendait en aucun cas ce qui allait sortir de la bouche de son interlocuteur. Pour l’instant, elle était bien plus occupée à reprendre ses esprits. Elle passa une main dans son sac pour en sortir un paquet de mouchoir qu’elle gardait toujours sur elle, elle vit par la même occasion le paquet qu’elle devait remettre à Gabryel. Elle se souvint que Reegan lui avait dit qu’il n’était pas là, elle soupira discrètement. Dépliant un premier mouchoir, elle le mit en boule pour essuyer délicatement ses yeux. Elle ne voulait pas prendre la peine de se regarder dans un miroir, elle devait être dans un état pathétique mais pour être franc, elle s’en fichait.

_________________
    ■ close your eyes and tell me why. Aeoc35 ■ close your eyes and tell me why. Badge110
    I WANNA DO BAD THINGS WITH YOUWHEN A BLONDE BECAME A BRUNETTE TO MARK THE BEGINNING OF HER NEW LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
http://psychozee.livejournal.com/
Reegan Woody

Reegan Woody

COPYRIGHT : Grumpy Crumpet
MOOD THEME : Thinking of you
GOLD COCOON : For seasons C1
DAMN JOB : Student

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyDim 2 Aoû - 23:12

    Perdu, voilà j'étais totalement perdu par tout ce qui venait de se passer. En effet, j'étais venu dehors pour lire et fumer un peu mais cela ne s'était pas passer comme prévu. J'avais vu Alwena, mon amie voir même presque ma meilleure amie en dehors de Paisley et qui du jour au lendemain m'avait sauté dessus et couché avec moi. Et qui maintenant ne me parlait plus, une semaine qu'elle ne répondait plus à mes sms, à mes appels, à tout ce que je faisais pour être en contact avec elle. Et aujourd'hui, elle apparaissait devant moi comme par magie même si elle avait tout fait pour se cacher de moi. La raison ? Je venais seulement de la comprendre, c'était parce que j'avais cédé, que j'avais couché avec elle cette nuit là. Bon nombre de garçons auraient pu en profiter pour s'en venter, d'avoir euune fille qui voulait attendre le mariage. Je n'étais pas ce genre de garçons et puis en plus je ne voulais qu'une seule chose que cette colère immense qu'elle avait contre moi disparaisse de mes yeux. J'essayais de me montrer gentil envers elle et j'assumais presque l'entière responsabilité de ce qui s'était passé alors que ce n'était nullement la vérité. C'était elle qui m'avait sauté dessus et c'était elle qui m'avait complètement séduite, je n'avais aucune chance de lui résister cette nuit là. Mais en voyant dans quel état elle se trouvait, à quel point elle paraissait meurtrie d'avoir perdu sa virginité avant le mariage, je m'en voulais car en tant qu'ami j'aurais dû résister. Alors, pourquoi est-ce que j'avais cédé ? Je n'en avais aucune idée, du moins aucune idée que je voulais avouer. C'était tellement difficile parfois d'avouer tout ce que l'on voulait garder le plus profondément cacher. Que pouvais-je faire sinon attendre qu'elle me pardonne et que tout redevienne comme avant même si cela n'arriverait sans doute jamais. La première raison c'est que jamais elle ne pourra retrouver sa virginité perdue et deuxièmement parce que jamais je ne serais le même. Cette nuit-là, quelque chose d'étrange c'était passé, une chose qui faisait que je ne pouvais pas considérer cette nuit comme une erreur. Est-ce qu'un jour je pourrais le lui dire ? J'en doutais plus que tout.

    Peut-être est-ce que je n'aurais pas dû m'approcher d'elle à ce point mais je sentais comme un besoin de la protéger. Je mettais approcher petit à petit comme si j'avais peur qu'elle me repousse à chaque instant et quand je fus enfin près d'elle, la seule chose qui comptait c'était qu'elle oubliait cette peine qu'elle s'infligeait. Lorsque sa tête arriva sur mon épaule, je frémis, de cette distance qui n'était plus. Sans doute n'était-elle pas aussi contente que moi mais une chose était sûre c'est qu'elle ne rompait pas ce contact et d'un côté cela me faisait plus que plaisir. Et puis, je vis des larmes qui commençaient à couler de ses yeux et cela ne me donnait qu'une seule envie les essuyer. Bien entendu, elle fut plus rapide que moi et de sa main libre, elle essuya sa joue. Ne pouvant me résoudre à la laisser ainsi, je pris mon autre main et j'essayais chaque larme que je vouais, je ne voulais qu'une seule chose qu'elle arrête de pleurer, qu'elle aille mieux. Je me demandais si elle avait écouté quelque chose à tout ce que j'avais dit. Alwii n'était pas du genre à ne pas m'écouter mais elle paraissait comme dans un état second où rien ni personne ne pouvait l'atteindre. Je crois qu'à cet instant précis j'aurais pu l'embrasser qu'elle n'aurait rien ressenti et surtout qu'elle n'aurait rien vu.

    Elle s'était montrée honnête dans ses paroles et j'avais essayé de faire de même malgré le fait que je devais lui cacher ce qu'il y avait au fond de mon coeur. J'avais tellement peur qu'elle ne veuille plus me parler après. Heureusement, elle ne releva pas mes phrases toutes les phrases pleines de sous-entendus que j'avais dis. J'aurais eu bien du mal à répondre à ces interrogations sans dévoiler mes sentiments, ceux que je laissais cacher au plus profond de moi pour qu'elle ne me prenne pas pour un débile. Et puis elle cessa peu à peu de pleurer comme si le fait que je veuille lui poser une question l'aidait à se calmer, malheureusement c'était moi qui étais en train de stresser. Il fallait que je trouve la meilleure façon de la poser sans qu'elle ne m'en veuille. Alors que j'étais toujours en train de penser, je la vis s'éloigner de mes bras, chose qui ne me plaisait guère, je voulais que ce contact avec elle dure pour toujours. Elle se tournait vers moi et ses yeux étaient rouges vu le nombre de larme qu'elle avait versé. Elle me fixait et je ne savais pas dire si cela me plaisait ou au contraire me dérangeait. J'allais à cet instant posé une question qui changerait peut-être à jamais ce qu'il y avait entre nous mais cette question m'obsédait depuis une semaine et il fallait à tout prix que j'ai une réponse à cette interrogation. Je me retournais vers elle et j'avais bien du mal à la regarder dans les yeux face à ce que je m'apprêtais à lui dire.

      « Alwi, je veux comprendre. Pourquoi est-ce que tu m'as choisi, je veux dire pourquoi cette soirée-là tu le voulais avec moi ? Je suis désolé, cette question doit sûrement plus que t'embarrasser mais j'ai tellement de questions qui reste sans réponse depuis cette soirée. »


    Je ne pouvais plus la regarder en face, maintenant c'est moi qui regardais le sol. J'avais tellement peur de sa réaction que la regarder m'était presque impossible. Comment allait-elle se comporter, allait-elle me répondre ? Aucune idée maintenant je n'avais plus qu'à attendre, la tête entre mes jambes en train de regarder à terre. Par ses mots elle pourrait me détruire même si elle n'en avait aucune idée. Je venais de faire une découverte ou du moins je l'avouais enfin à moi-même, je pense bien non, je suis même presque sûr que j'...
Revenir en haut Aller en bas
Alwena Hawkins
ECCENTRIC SOULBecause the world needs a little of madness.
Alwena Hawkins

COPYRIGHT : © PSEUDO&AVATAR ● psychozee ; ICONS ● unknown & iconlounge
MOOD THEME : curious.
GOLD COCOON : broad street, N°460 w/ arwenn.
DAMN JOB : teaching assistant.

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyMar 4 Aoû - 14:55


Du calme, voilà ce dont elle avait réellement besoin à l’heure actuelle. Elle posa une main sur la statue de pierre qui se trouvait à ses côtés et commença à lentement glisser au sol, entrainant Reegan avec elle sans s’en rendre compte. Son dos se colla fermement contre le marbre tout en étant accroupie puis tourna son doux visage vers son interlocuteur. Elle avait cessé de verser des larmes. Elle serait fortement son mouchoir dans sa main, sans doute qu’elle essayait de ne pas replonger dans une forme de déprime bien trop pathétique à son goût. Reegan voulait lui poser une question et elle lui avait permis de la poser même si elle doutait que cela soit une bonne idée. Il semblait anxieux, il n’arrivait pas à la regarder dans les yeux. Alwena le connaissait assez pour savoir que son comportement était dû au stresse qu’il pouvait ressentir. Cette question était donc si…particulière à poser ? Subitement, elle ressentit son cœur faire des ratés, elle voulait savoir mais en même temps. Elle appréhendait, elle regardait Reegan avec un regard intense, comme si le simple fait de le fixer lui permettrait de lire dans ses pensées. C’est alors qu’elle le vit ouvrir la bouche : « Alwi, je veux comprendre. Pourquoi est-ce que tu m'as choisi, je veux dire pourquoi cette soirée-là tu le voulais avec moi ? Je suis désolé, cette question doit sûrement plus que t'embarrasser mais j'ai tellement de questions qui reste sans réponse depuis cette soirée. » Elle détourna les yeux, les posant sur l’espace vert qui les entourait. Elle aurait dû s’attendre à cette question, après tout c’était parfaitement légitime de sa part de vouloir comprendre. Malheureusement pour lui, Alwena n’avait aucune bonne réponse à lui donner. Elle-même s’était surprise à lui faire des avances, elle s’était prise au jeu, elle avait agit comme si ce n’était pas elle. Si seulement elle connaissait la réponse à cette interrogation, elle s’empresserait d’éclairer le jeune homme. Elle passa ses mains dans ses cheveux, une manie qui la trahissait toujours : elle était nerveuse.

Un silence vint s’imposer à eux et Alwena le regrettait amèrement, elle avait horreur des moments silencieux dans une conversation. S’il voulait vraiment avoir une indication, elle devait y réfléchir, se repasser en tête la soirée, les émotions qu’elle avait alors ressentit au plus profond d’elle-même, qui l’aurait poussé à agir de la sorte. Elle se revoyait dans sa belle robe couleur noire que son père lui avait offerte plusieurs mois plus tôt. C’était une soirée sur invitation et c’était un ami commun qui l’avait organisé. De la musique, de l’alcool, de la nourriture…rien de bien exceptionnel pour passer un agréable moment. Alwena n’avait bu qu’un verre, n’étant pas très adepte des boissons alcoolisées à la base. Elle se souvient avoir parlé avec plusieurs de ses amis, d’avoir même dansé puis d’être tombée sur Reegan. Ils s’étaient chamaillés pour une broutille, pour ne pas changer puis l’un d’eux avait besoin de prendre l’air. Ils s’étaient rapidement retrouvés sur la terrasse pour que Reegan puisse fumer et se détendre. Alwena fronça les sourcils en tentant d’accélérer le film qu’elle voyait dans sa tête. Reegan l’avait raccompagné chez elle, et avec beaucoup de détails en moins, elle se voyait se rapprocher de lui pour lui dire au revoir, un au revoir qui vira finalement sur un baiser fougueux. Elle pouvait lui en vouloir, elle pouvait même le détester, elle se souvint que lorsque leurs lèvres s’étaient rencontrées, elle s’était sentie différente. Un bien être intérieur indescriptible. Lorsqu’il l’avait porté jusqu’à sa chambre à coucher, elle n’avait en aucun cas desserré son étreinte.

Retour au présent, Alwena tourna timidement la tête vers Reegan, en attente d’une réponse à ses interrogations. Elle semblait désolée, désolée de ne pas être capable d’en savoir plus que lui sur cette fameuse nuit. Tout ce qu’elle pouvait supposer, c’était qu’elle avait agit avec une impulsivité qui ne la connaissait pas, elle qui prenait toujours le temps de réfléchir avant de passer à l’action.

« Tu étais là…tout simplement. J’aimerai aussi savoir pourquoi et comment on en est arrivé là. Je n’ai pas d’explications à mon comportement, si ce n’est que je n’ai pas réfléchis, j’ai agis sous…une pulsion j’imagine. Et tu n’étais pas n’importe qui. Je… (soupire) je ne sais pas. C’est encore flou dans ma tête. Si j’avais été avec un inconnu, je ne pense pas que j’aurai été si impulsive. Plusieurs facteurs ont fait qu’on s’est retrouvés dans le même lit ce soir là. C’est tout ce dont je suis capable de te dire. »

_________________
    ■ close your eyes and tell me why. Aeoc35 ■ close your eyes and tell me why. Badge110
    I WANNA DO BAD THINGS WITH YOUWHEN A BLONDE BECAME A BRUNETTE TO MARK THE BEGINNING OF HER NEW LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
http://psychozee.livejournal.com/
Reegan Woody

Reegan Woody

COPYRIGHT : Grumpy Crumpet
MOOD THEME : Thinking of you
GOLD COCOON : For seasons C1
DAMN JOB : Student

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyMer 5 Aoû - 16:06

    Je n'aurais jamais dû poser cette question car je savais qu'elle n'allait pas l'aimer que cela n'allait pas du tout lui plaire que je la lui pose Alors, pourquoi est-ce que je l'avais fait ? Tout simplement parce que je ne pouvais m'empêcher car j'y pensais depuis tellement longtemps Une semaine, voilà une semaine que cette question me hantait alors je l'avais posée. Maintenant et bien j'avais peur des conséquences et surtout de la réponse de la demoiselle. Sa réponse pouvait changer tellement de choses et elle ne s'imaginait même pas à quel point. Une réponse plus positive pourrait entrer une révélation alors qu'une réponse plus négative pourrait entraîner ce qu'elle voulait tant, que je l'abandonne. Pourtant, tout ce que je voulais c'est elle et surtout cette réponse à cette question. Quand je l'avais posée et bien j'avais vu sa tête changer comme si je venais de dire la pire méchanceté de la terre. En tout cas elle paraissait plus que nerveuse en vue de la question que je venais de poser. Pourtant, il me fallait cette réponse. Je voulais comprendre ce qui l'avait poussé à être ainsi. En effet, je l'avais toujours connue comme douce et gentille mais surtout tenant plus que tout à sa virginité et puis, elle ne m'avait jamais dit les mots qu'elle m'avait dis ce soir-là. Depuis ce matin où elle m'a chassé comme un malpropre je ne cherche qu'une seule chose ce qui a bien pu passer dans sa tête car quelque chose à bien du changer pour que cette soirée soit si différente ? Je me souvenais de chacun des mots qu'elle m'avait dit ce soir-là et de ses gestes aussi. Je rêvais ou plutôt cauchemardais à propos de cette soirée, elle hantait mes nuits et mes jours. Est-ce que j'étais en train de devenir fou ? Je l'avais devant moi et pourtant je ne pensais toujours qu'à elle.

    Une robe noire c'est ce qu'elle portait et moi un smoking blanc. La nuit et le jour et pourtant je ne l'avais pas vue tout de suite. Non, j'avais passé une bonne partie de la soirée avec des gens dont le nom m'était inconnu et puis je l'avais vu tellement éblouissante. Elle était magnifique, on s'était disputé comme d'habitude, un petit jeu ou non, quelque chose qu'on ne pouvait s'empêcher de faire se disputer pour mieux se retrouver. Seulement je ne m'étais nullement attendu à lorsqu'elle me dirait au revoir qu'elle n'embrasserait pas ma joue mais mes lèvres. A cet instant quelque chose se passa, un déclic dans mon coeur comme si lui savait déjà que ce baiser représentait bien plus que je ne voulais me l'avouer. Et il avait fini dans son lit, une étreinte depuis ce baiser nous ne nous étions plus lâché. Il y avait bien une raison non ? De mon côté j'en avais une mais je doutais qu'elle soit la même pour elle.

    Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus parlé et je refusais de briser le silence, je voulais qu'elle me réponde, j'en avais besoin. Et c'est là qu'elle ouvrit enfin la bouche. Elle se mit à parler et je ne savais pas du tout comment prendre ce qu'elle venait de dire d'une bonne ou d'une mauvaise façon ? Le début me faisait me dire que j'aurais pu être n'importe qui. J'étais là tout simplement mais tout n'était pas si simple. Je l'écoutais parler et quand elle eut finit, je remarquais qu'elle était complètement perdue ne connaissant pas le comment du pourquoi ce qui avait bien pu avoir de spéciale cette nuit là pour que tout change. Pour que tout ne soit plus comment avant. Au final je n'aurais jamais dû poser cette question car elle développait encore plus d'interrogations dans mon esprit. Quels facteurs avaient changé pour qu'elle et moi on finisse dans le même lit ce soir-là ? Je la regardais, c'était à mon tour de répondre mais je n'avais aucune idée de ce que je pouvais dire. Je la regardais droit dans les yeux, les mots me paraissaient tellement pâle devant ses magnifiques yeux. J'attrapais petit à petit les symptômes d'une maladie affreuse surtout si je l'éprouvais pour elle. Je tombais peu à peu sous son charme et cette nuit n'avait été que l'élément me prouvant que je l'aimais plus qu'une amie. Cela avait toujours été en moi mais je l'avais caché pour que jamais au grand jamais cela ne devienne vrai. Et maintenant tout était en train de me revenir en plein visage.

      « Alwi, je ... Je suis totalement perdu. J'aimerais tellement que tu comprennes ce qui se passe. »


    J'en avais sans doute trop dit mais ce n'était pas de ma faute. Je n'arrivais pas à me taire face à elle. Cela ne me plaisait pas, je devenais faible mais je m'en moquais tout ce que je voulais c'était un espoir qu'un jour elle veuille bien de moi du moins comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Alwena Hawkins
ECCENTRIC SOULBecause the world needs a little of madness.
Alwena Hawkins

COPYRIGHT : © PSEUDO&AVATAR ● psychozee ; ICONS ● unknown & iconlounge
MOOD THEME : curious.
GOLD COCOON : broad street, N°460 w/ arwenn.
DAMN JOB : teaching assistant.

OTHERSIDE
CHECK LIST :
CRISPY SHIPS :

■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. EmptyVen 21 Aoû - 21:05


Comment leur relation pouvait-elle prendre un tel chemin ? Pourquoi une si belle amitié était en train de périr peu à peu sous leurs yeux ? Alwena observait Reegan avait intérêt et désespoir. Elle avait l’impression de se comporter comme si elle était en compagnie d’un inconnu, alors qu’il s’agissait de son meilleur ami de (presque) toujours. C’était l’une des personnes en ce monde qui savait exactement comment elle fonctionnait, il savait parfaitement ce qu’elle aimait dans la vie et ce dont elle se passerait bien. Malgré tout, elle ne se sentait pas prête de franchir le cap et de faire comme si de rien n’était. Ce n’était pas dans ses habitudes que d’oublier aussi facilement les faits. Sa réserve n’aidait certainement pas Reegan à saisir la situation, à comprendre le pourquoi du comment, mais il devait faire avec, elle n’arrivait pas à se forcer à être autrement pour le moment. Les bras autour de ses jambes, elle posa son menton sur ses genoux, fixant l’herbe verte. Elle était perdue dans ses pensées, elle n’avait pas la sensation que les choses allaient s’arranger et au plus profond de son être en elle souffrait énormément. « Alwi, je ... Je suis totalement perdu. J'aimerais tellement que tu comprennes ce qui se passe. » lui dit-il comme dans un appel à l’aide, ce qui renforça le mal être de la jeune demoiselle. Elle soupira avant d’enchainer :

« J’imagine que ne plus t’avoir en face de moi est plus simple. » Elle tourna la tête pour affronter le regard du jeune homme. « Parce que t’avoir près de moi ne fait que me replonger un peu plus dans ce qui s’est passé entre nous, cette nuit. Et c’est trop dur. Il faut que tu me laisses du temps Reegan. Tu sais très bien que même si…c’est sans doute nécessaire pour nous deux d’en rester là, je ne pourrai jamais t’écarter de ma vie définitivement. »

Ses jambes s’étirèrent, elle laissa sa tête aller contre le marbre puis elle ferma les yeux tout en mettant ses mains dans ses cheveux. Elle était presque prise d’un début de migraine. Elle regrettait sa vie tout particulièrement tranquille d’il y’avait quelques semaines. Elle regrettait les moments où elle pouvait venir au manoir sans craindre la présence de Reegan. Aujourd’hui, tout était différent et elle ignorait si cela était pour de bon ou seulement provisoire. Elle savait qu’à l’heure actuelle, les choix qu’elles allaient faire seraient déterminant pour la suite. Cela mettait sur ses épaules une grosse pression qu’elle n’était même pas certaine de pouvoir supporter bien longtemps. Elle ne savait pas si le fait que Reegan cherche encore et encore des réponses étaient plus rassurant que s’il s’était seulement mit à la considérer comme sa meilleure amie, comme si la nuit passée ensemble n’était qu’une nuit comme les autres. Après tout, il était sans doute plus expérimenté qu’elle. Mais là n’était pas la question. Elle était indécise, pour ne pas changer. C’était toujours la même chose avec Alwena, lorsqu’elle était confrontée à un dilemme de grande importance où elle devait faire des choix, elle avait énormément de difficulté à savoir lequel prendre. On lui disait souvent d’écouter son cœur, de suivre son intuition, mais elle avait toujours peur de regretter plus tard. Dans un geste naturelle, elle regarda sa montre. Dire qu’elle était venue ici dans le seul but de remettre un colis au père de Reegan, voilà qu’ils se cachaient presque dans les jardins pour mettre certaines choses au clair. Alwena mit une main dans son sac, fouillant l’intérieur avant d’en sortir un petit paquet, elle se tourna alors de nouveau vers son interlocuteur, un peu gênée.

« Tiens…hum…c’est pour ton père, de la part du mien. C’est plutôt urgent je crois. Tu m’as dis qu’il n’était pas là alors tu lui remettras s’il te plait ? »

Elle posa l’objet dans les mains de Reegan, puis se leva doucement, fixant toujours le jeune homme.

« Je ferai mieux d’y aller. Ne m’en veux pas, mais j’ai besoin de réfléchir un peu et…seule. Tu n’as pas à t’inquiéter, je reviendrai. Tu…prends soin de toi, d’accord ? »

Un mince sourire étira ses fines lèvres, c’était évident qu’elle s’inquiétait pour lui. Elle ne pouvait pas se montrer autant insensible à son égard, c’était impossible. Elle espérait qu’il accepterait son choix, qu’il tenterait de la comprendre et de ne pas la brusquer, c’était la dernière chose dont elle avait besoin. Elle désirait seulement prendre un peu de recul afin de mieux pouvoir lui répondre par la suite.

_________________
    ■ close your eyes and tell me why. Aeoc35 ■ close your eyes and tell me why. Badge110
    I WANNA DO BAD THINGS WITH YOUWHEN A BLONDE BECAME A BRUNETTE TO MARK THE BEGINNING OF HER NEW LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
http://psychozee.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




■ close your eyes and tell me why. Empty
MessageSujet: Re: ■ close your eyes and tell me why.   ■ close your eyes and tell me why. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
■ close your eyes and tell me why.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HEAVY WHISPER ON THE FIELD :: OUTSIDE OF THE FIELD :: ♦ LES TERRASSES & BALCONS-
Sauter vers: